Nous sommes fiers de lancer notre tout dernier projet, soit le recensement des bons coups en faveur de l’amélioration de l’environnement sur le territoire de Chambly ! Les commerçants ont un impact majeur sur nos moyens de consommer, de la provenance des produits aux modes de distribution en passant par les types d’emballages des produits choisis. En effet, nous sommes souvent confrontés aux choix qui nous sont offerts en magasin et très peu d’alternatives écologiques sont trouvées sur le marché. En soulignant les bons coups des commerçants de Chambly et environs, nous souhaitons promouvoir ces commerces et féliciter leurs engagements en matière d’environnement. Que ce soit par l’abolition de pailles à usage unique, de l’accès au vrac, à l’utilisation de produits biologiques ou à l’incitation d’utiliser des moyens de transports durables, chaque action est profitable pour améliorer notre environnement local ou global.

En décembre dernier, nous avons visité la charmante boutique Vrac et Vert, située sur le boulevard Périgny à Chambly. Ce nouveau commerce qui a ouvert cet automne est spécialisé dans la vente de produits écologiques en vrac. Les produits offerts sont très variés, allant du savon à lessive, shampoing et savon pour le corps en vrac, au déodorant écologique, sacs réutilisables, balles de séchage, idées cadeaux, etc. La quantité de produits offerts est tout simplement impressionnante !

Nous y avons rencontré Lucie Bissonnette, la propriétaire de l’établissement pour une courte entrevue.

ECC : Qu’est-ce qui vous a poussé à ouvrir ce commerce ?

L.B. : Je travaillais comme horticultrice pour la ville de Montréal et j’habite à Chambly depuis environ 10 ans. Je crois que j’ai toujours eu le goût d’ouvrir un commerce et là c’était le bon moment pour moi. Je me lance on a juste une vie !

ECC : Quelle est votre offre de produits ?

L.B. : Je détiens majoritairement des produits nettoyants en tout genre. Avec la demande grandissante des produits réutilisables, je veux disposer de plus en plus d’accessoires, tels que des serviettes hygiéniques, tampons nettoyants pour le visage, des éponges et des sacs à légumes. J’aimerais aussi m’équiper davantage de matériaux bruts comme des huiles essentielles ou de la cire d’abeille pour faciliter la fabrication des produits faits à la maison ou communément appelés le «do it yourself (DIY)».

ECC : Comment a été l’accueil de votre boutique ?

L.B. : Ça a été difficile de se faire connaître au départ ! Les réseaux sociaux ont tout de même beaucoup aidé. Je crois également que les fournisseurs de produits (tel que Planette), le circuit Zéro Déchet et certains réseaux fermés comme le comité Éco-citoyens m’ont amené certains clients en partageant des informations sur leur plateforme web. Je crois aussi que le bouche-à-oreille aide grandement. J’ai un très bel accueil et les gens ont des bons commentaires. Beaucoup de gens me disent “wow ça manquait à Chambly !”.

ECC : Est-ce que les gens trouvent ça compliqué le vrac ?

L.B. : Non pas trop. C’est vraiment disponible pour ceux qui veulent faire un tournant vert. Surtout, je suis là pour aider, je veux que ça marche ! Les gens ont seulement besoin d’amener leurs contenants propres. J’aime bien l’exemple des belles grosses bouteilles de jus d’orange, ça se remplit bien ! Il n’est pas obligé que ce soit une bouteille conçue spécifiquement pour du détersif. À mon avis, pour ceux qui veulent se lancer dans le zéro déchet, il faut changer ses habitudes tranquillement. C’est finir nos contenants à la maison et trouver des produits qu’on aime. Il ne faut pas que ce soit une souffrance ! L’important est de continuer. Certains sont partis trop vite et ont regretté par la suite.

ECC : Côté prix, est-ce comparable à la compétition ?

L.B. : Ici, comment ça fonctionne, c’est plus tu en prends, moins ça coûte cher. Donc, c’est certain que si vous ne prenez qu’un seul litre ça peut paraître dispendieux, mais plus que vous en prenez, plus ça devient intéressant.

ECC : À votre avis, quel est le plus grand frein à l’adoption d’un mode de vie écoresponsable pour la population ?

L.B. : Je pense que les gens aimeraient beaucoup avoir un grand magasin où on trouverait de tout, autant les produits nettoyants que de la nourriture. On me parle souvent du besoin d’avoir de la nourriture en vrac, surtout de la viande. Ce serait bien avoir un magasin à grande superficie du vrac, où l’on trouve de tout.

ECC : Selon vous, qu’est-ce qui freine les commerçants au virage au vrac ?

L.B. : Dans mon cas, comme je fais affaire directement avec les fournisseurs, j’ai beaucoup plus de latitude. Je peux leur demander pots Masson ou des consignes au lieu des plats de plastique, par exemple. Mais si je passais par un distributeur ce serait plus compliqué, ça vient « tel quel » avec un emballage. En terme de suremballage, je suis heureuse de voir qu’il y a tellement de volonté de la population depuis quelque temps que le marché (on espère) n’aura pas le choix de se mettre de la partie. Les consommateurs sont ouverts à ce mode d’achat, et ils pourront suivre le mouvement si l’offre est présente.

ECC : À votre avis, est-ce que le marché de Chambly, qui est une banlieue, est propice à l’éclosion d’autres commerces de ce type ?

L.B. : Ce serait le fun oui ! Ce serait vraiment bien d’avoir un magasin plus grande surface qui regrouperait plein de services ensemble. Un genre de marché comme les halles à Saint-Jean-Sur-Richelieu où on retrouve, entre autres, une fruiterie, un commerce de produits naturels, une boulangerie et une boucherie. En tout cas, si on avait quelque chose comme ça à Chambly, je déménagerais (rire) !

Nous souhaitons à Vrac et Vert un très bon succès !

L’offre de produits en vrac et locaux est une des clés d’une consommation plus responsable et respectueuse de l’environnement et Chambly ne comporte que très peu de commerces offrant ce type de produit. La visite de la boutique Vrac et Vert est la première d’une série de visites dans des commerces écoresponsables dans les prochains mois par Éco-Citoyens Chambly, restez à l’affût de nos prochains articles !